Sports et loisirs

Wolf Racing France s’installe sur Alès Agglomération

AutomobileÉcuriePôle MécaniqueSportWolf Racing


La proximité du Pôle Mécanique a décidé Lionel Champelovier à investir près de 2 M€ dans un atelier de montage de voitures de course à Saint-Martin-de-Valgalgues.

Dirigeant d’un groupe immobilier international et pilote automobile, Lionel Champelovier a signé un partenariat avec le constructeur italien de voitures de course Wolf Racing Cars. « Notre objectif est de produire une quarantaine de voitures par an pour une clientèle européenne et internationale. Les ateliers seront installés dès le mois de février. Un team américain nous a récemment commandé dix-sept voitures. C’est un bon business pour ceux qui louent les voitures ou organisent des courses », annonce sans détour Lionel Champelovier.

10 salariés dans les ateliers de Saint-Martin

Wolf Racing France a investi près de 2 M€ dans ce projet et mis en place une équipe de dix personnes à Saint-Martin-de-Valgalgues pour réaliser l’assemblage des pièces produites en Italie. Les ateliers confectionneront également certaines pièces sur place, en carbone, en aluminium ou en acier. « Lors des week-ends de course, il y a toujours de la casse. Nous assurons le remplacement des pièces, parfois même des châssis, en plein week-end. »
Le constructeur reste très peu connu en France, pourtant, selon Lionel Champelovier, ses voitures « sont les plus fiables du marché et ont le plus haut degré de sécurité. Nous commençons également à fabriquer certaines pièces essentielles, comme les boîtes de vitesse, ce qui est très rare en course auto ». Ces bolides ont également un rapport qualité/prix intéressant : un peu moins de 80 000 €, avec une solution de location “clés en main” très attractive pour la vingtaine de pilotes qui voudra se lancer dans le trophée créé par la marque (6 courses au calendrier, à partir de mai).

Un moteur électrique en développement

Trois modèles de voitures sont proposés par Wolf Racing France, avec des motorisations estampillées Ford ou Aprilia. « Notre implantation ici, sur le bassin alésien, a également pour vocation de développer un nouveau moteur électrique. Là encore, la proximité et la facilité d’accès au circuit du Pôle Mécanique pour nos essais sont essentielles ».