Vie quotidienne

Un orchestre à l’école de Tamaris

ÉcoleMusiqueOrchestreZazplinn


Une classe, un orchestre. Voilà ce que propose le projet de l’association “Orchestre à l’école” pour les écoliers d’une classe de CE2 de Tamaris. Un projet où priment le partage de la musique, la convivialité et l’esprit de groupe. Durant trois ans, l’apprentissage de la musique va rythmer la vie du petit orchestre alésien qui pour certains ne connaissent pas du tout la musique.

Les professeurs de musique du conservatoire communautaire Maurice-André sont venus jouer quelques notes de Duke Ellington à l’école de Tamaris devant un petit groupe d’écoliers subjugués. Une présentation de ce que les enfants de l’opération “Orchestre à l’école”, en CE2, pourront eux-mêmes jouer d’ici trois ans, durée du projet.

Alès Agglomération a donné les moyens matériels pour que cette opération, initiée sous la direction de Brigitte Billault, l’ancienne directrice du conservatoire, puisse prendre corps.
« La musique est essentielle pour se construire une vie d’adulte épanouie. Elle ouvre l’esprit et on peut, grâce à la musique, faire passer des messages », a lancé Christophe Rivenq, président d’Alès Agglomération, aux enfants avant de diriger la distribution des instruments.

18 écoliers de l’école de Tamaris pour un projet musical et pédagogique

Dix-huit élèves ont reçu leur instrument : saxophone, percussions, clarinette, … « Cette opération permet aux enfants de garder l’instrument avec eux pendant trois ans, jusqu’en CM2 donc. L’objectif est de développer chez les jeunes altruisme, acceptation de l’autre, discipline et esprit collectif », a indiqué Guillaume Cazal, directeur du conservatoire Maurice-André depuis septembre.

L’association Zazplinn a été associée au projet. « Les enfants ont réalisé leur propre harpe l’année dernière. Cinq d’entre eux ont opté pour cet instrument, ici fabriqué en bois et en carton selon le concept de l’Américain Dennis Waring », a expliqué Roxanne Martin, harpiste.
« C’est elle qui a choisi son instrument, avance la maman de Maïla, 7 ans. Elle aime bien la musique mais jusqu’à présent, elle n’avait utilisé que la flûte de l’école et fait un peu de piano. »

Bien que ce ne soit pas l’objectif affiché, voilà une opération qui pourrait bien mettre le pied à l’étrier pour de futurs pratiquants au conservatoire communautaire, et, qui sait, développer quelques vocations.