Économie

Le délégué ministériel au chevet des entreprises d’Alès Agglo

France RelanceGuillaume BassetIndustrieVega France


La crise du Covid ayant fortement impacté l’activité économique du pays, en 2020, le Gouvernement a lancé un plan de relance dans lequel le territoire alésien a été particulièrement bien doté : 10 M€ lui ont été accordés.

Guillaume Basset, délégué aux Territoires d’industrie auprès du ministre de l’Économie et des Finances, était jeudi 2 décembre en visite à Alès. Ce deuxième déplacement dans la capitale des Cévennes a permis au directeur du programme et délégué ministériel d’observer “in situ”, les effets économiques de l’accompagnement de l’État dans le cadre de la relance industrielle post Covid.

Accompagné de Christophe Rivenq, président d’Alès Agglomération, et du maire d’Alès Max Roustan, Guillaume Basset s’est d’abord rendu dans l’entreprise Vega France installée sur Pist Oasis, à Alès. Accueilli sur le pas de la porte par Patrice Sabatier, directeur du site, le cortège s’est longuement attardé sur les chaînes de production. L’entreprise, qui fabrique des pneus dédiés aux kartings, est une filiale de la maison mère installée à Milan, en Italie. Parmi les leaders sur ce marché de niche, Vega France est en capacité de produire quotidiennement 1 500 pneus dans son usine fonctionnant en 3-8.

Une aide pour développer la production

« Nous avons demandé la participation de l’État, dans le cadre du programme Territoire d’industrie, pour pouvoir agrandir notre site de 2 000 m² supplémentaires afin de répondre à la demande qui va croître suite à l’arrêt de l’activité karting par notre principal concurrent, Bridgestone », a expliqué le directeur de l’usine. Une enveloppe de 400 000 € lui a été attribuée. « Cette somme fait partie des 10 M€ que l’État, par l’entremise de France Relance, a accordé à notre territoire », s’est félicité Christophe Rivenq, conforté dans son ambition de renforcer l’activité industrielle d’Alès Agglomération et sa place de n°2 en Occitanie.

Parmi les autres entreprises locales à pouvoir bénéficier de cette aide se retrouvent Capelle, Ergo Santé, SD Tech, mais aussi Coudène, LFB ou encore l’IMT Mines Alès et son projet original de création d’une ligne de production automatisée pédagogique.

Un territoire qui a su résister aux effets du Covid

« Les chiffres montrent que le territoire alésien est parmi ceux qui ont économiquement le mieux résisté à la crise sanitaire. L’aide accordée par l’État montre la grande diversité dans les activités de nos entreprises, qu’elles interviennent dans le domaine de la recherche, de l’agro-alimentaire ou encore dans le secteur automobile », a souligné le maire d’Alès.

Au total, ce sont dix dossiers qui ont été retenus dans le cadre de Territoire d’industrie alors que quatre autres sont en cours d’évaluation. Et, autre bonne nouvelle, le Gouvernement envisage « de prolonger son effort en Occitanie en octroyant une enveloppe supplémentaire de 8 M€ après 2022 », a révélé Guillaume Basset.

Les entreprises candidates ont joué le jeu

S’appuyant sur des critères précis tels que l’impact sur les créations d’emplois, sur l’écologie, mais jugeant aussi de la faisabilité des projets présentés, le Ministère de l’Industrie a joué les bons chevaux sur le territoire alésien. « Je suis très fier de ce qui a pu être effectué par nos entreprises. Leurs actions sont en parfaite conformité avec les projets qui avaient été présentés initialement », a insisté Christophe Rivenq.

La journée alésienne de Guillaume Basset s’est conclue par une conférence donnée à l’IMT Mines Alès sur le thème “Crise Covid, comment relancer l’industrie ?”