Environnement

Amis jardiniers, la saison du bouturage commence

BouturesJardiniersPlantes


Bouturer est une pratique qui rend possible la sauvegarde de variétés locales et facilite le développement d’un massif à moindre frais. Le bouturage peut également vous aider à remplacer un arbuste malade ou trop volumineux. Cette opération revient à cloner, c’est-à-dire à reproduire la plante à l’identique, à partir d’un morceau de tige, de feuille ou même de racine. Avec l’aide du Centre national de Pomologie d’Alès, suivez toutes les étapes pour un bouturage réussi.

  1. Prélever un rameau
    Pour un grand nombre de végétaux, la période de bouturage commence dès lors que les jeunes pousses de l’année se lignifient, vers la fin du mois d’août. Prélevez alors un rameau de l’année, long d’une quinzaine de centimètres. La bouture doit comprendre au moins deux paires de bourgeons, le départ de feuille, être saine, sans traces de maladies.
  2. Créer une bouture
    Supprimez les feuilles du bas, en les pinçant avec l’ongle, sans abîmer les bourgeons situés à l’aisselle. Les feuilles du haut sont coupées de moitié pour réduire la transpiration de la plante. Applique ensuite de l’hormone de bouturage à la base de la tige.
  3. Mise en terre
    Dans un pot, mélangez un tiers de la terre du jardin avec du compost et du sable ou de la vermiculite, afin d’obtenir un substrat léger, riche et drainant. Réalisez un pré-trou à l’aide d’un plantoir avant d’insérer la tige, pour ne pas ôter la poudre d’hormones en enfonçant la bouture dans le terreau.
    Vous pouvez planter jusqu’à trois ou quatre boutures dans un même pot de 15 centimètres de diamètre.

Un large choix de plantes à bouturer

Vous pouvez bouturer : buddleia (l’arbre à papillons), fuchsia, groseillier, cassissiers, hortensia, laurier-rose, verveine citronnelle, romarin, lavande, sauge, rosier et tiges de rosiers achetés en bouquet, skimmia, symphorine…
Il vous faudra prélever au minimum une dizaine de boutures par spécimen, le taux de réussite variant selon les espèces. Si tous vos plants s’enracinent, profitez alors des bourses aux plantes pour troquer votre surplus, et ainsi faire découvrir vos variétés préférées.
Vous l’aurez compris, la multiplication, que ce soit par semis, par bouturage, par marcottage, par division ou par greffe est le moyen le moins onéreux dans le jardin pour avoir des fleurs, des fruits et des légumes. D’autant plus que ces méthodes de multiplication ne demandent pas un matériel sophistiqué, ni des compétences exceptionnelles.

Cinq règles pour un résultat optimal

  1. Ne jamais contaminer ses boutures. Stérilisez votre sécateur avec de l’alcool à brûler.
  2. Repérer les rameaux aoûtés. Ce sont les branches de l’année qui commencent à se lignifier. Leurs taches brunes qui gagnent peu à peu sur le vert sont facilement repérables.
  3. Stimuler avec raison. Les hormones de croissance incitent l’enracinement des boutures. Vous pouvez la fabriquer en écrasant avec un marteau quelques rameaux de saule qu’on laisse tremper pendant 24 heures dans de l’eau. On récupère cette eau et on y met à bouturer les tiges de plantes. L’eau de saule favorise la rhizogenèse, le processus de formation et de développement des racines chez les végétaux.
  4. Bannir la floraison. Il n’est pas rare que des fleurs s’épanouissent sur des rameaux bouturés. Cette floraison épuise inutilement la bouture. Supprimez systématiquement les fleurs qui apparaissent sur les rameaux.
  5. Rempoter, un geste délicat. Les boutures sont bonnes à rempoter lorsqu’un chevelu apparaît. Pour éviter une reprise difficile, rabattre les rameaux les plus longs, afin de conserver un port compact permet de réduire la demande en sève. Arroser souvent les premiers jours et stocker les boutures dans un local tempéré (entre 15 et 20 °C).

Ressources web pour vous aider à multiplier vos arbres et arbustes